Un peu d’histoire

Centre Christ-Roy Maison de l’île Maison de l’île
Centre Christ-Roy_500px maison de l ile_500px maison de l ile2_500px

Le Cap_500px

Les débuts du Cap

Le Cap fut incorporé en février 1988. Il s’installa d’abord au Centre Christ-Roy pour quelques semaines puis à la Maison de l’Île à Hawkesbury pour quelques années. Pour se retrouver sur la rue Principale en 1992 (photo de droite).

 

 

 

 

Bref historique des faits saillants marquant la mise sur pied du

CAFA de Prescott-Russell

On peut dire que les origines du présent projet remontent à aussi loin que les premières années d’existence du Centre d’apprentissage et de perfectionnement (CAP). Les intervenants de ce centre de formation expérimentaient depuis longtemps, les façons les plus efficaces d’augmenter leurs activités auprès de leur clientèle cible traditionnelle, soit les adultes du comté de Prescott. Après avoir identifié différentes façons de desservir ce bassin d’apprenants, et mis en application certaines de celles-ci, les intervenants du CAP ont cerné, au fil des années, des problématiques qui ne pouvaient être contournées par les stratégies plus traditionnelles de recrutement et de formation.

Dès 1994, suite à l’analyse de leurs statistiques de recrutement des années précédentes, les intervenants du CAP constatèrent que les apprenants desservis provenaient pratiquement tous du réseau dit informel de référence; c’est-à-dire autres apprenants, employés, amis, etc. Très peu d’apprenants étaient référés par l’entremise du réseau plus formel, entre autres, les différents organismes de services publics et les autres programmes de formation pour adultes.

Le CAP a donc travaillé dès 1994 sur des stratégies afin de mieux desservir une clientèle peu alphabétisée qui, d’une part connaissait peu ses services, et d’autre part, se retrouvait dans d’autres programmes de formation pour adultes de la région.

Un premier projet de partenariat

C’est ainsi que le 23 novembre 1994, le CAP organisait une rencontre de discussion avec les différents organismes régionaux responsables des programmes de formation pour adultes. Le but de cette rencontre était de tenter de mieux articuler les services de formation afin de les rendre complémentaires et plus accessibles pour les adultes et ce, en instaurant un système d’aiguillage approprié pour l’ensemble des programmes.

De cette rencontre émergea un projet pilote franco-ontarien parrainé par le CAP et financé par le Secrétariat national à l’alphabétisation (avec l’approbation du MÉFO Ministère de l’Éducation et de la formation de l’Ontario), auquel se greffait l’ensemble des partenaires francophones en formation des adultes de la région. Ce projet, de nature pédagogique, qui se déroula pendant l’année 1995-1996, visait la création d’outils communs d’évaluation et d’aiguillage pour l’ensemble du réseau de formation des adultes de Prescott-Russell. Ces outils s’articulèrent à l’intérieur d’un protocole commun d’aiguillage signé par l’ensemble des partenaires, lequel s’avère aujourd’hui l’outil de base de notre projet de guichet unique.

Ce protocole comprenait entre autres un test de dépistage de l’analphabétisme. Les intervenants du CAP avaient également travaillé avec ces mêmes partenaires pour mettre sur pied une mécanique visant à diffuser l’emploi systématique de ce test de dépistage.

Le partenariat s’élargissant, un test de classement en langue première et en mathématiques de niveau secondaire fut ajouté au test de dépistage de l’analphabétisme, offrant un outil de travail plus complet et plus flexible, autour duquel la mécanique d’aiguillage devait s’articuler. Suite à l’entente officielle d’aiguillage de 1996 signée par 5 partenaires en formation des adultes de la région des bases solides étaient jetées : les outils d’évaluation et une entente de partenariat entre centres de formation existaient. Il ne restait qu’à raffiner la mécanique entre organismes, et développer un nouvel esprit de partenariat.

C’est en bonne partie sur les bases de ce projet et avec les outils développés à l’aide de celui-ci que, l’année suivante, le projet Perfectionnement en milieu de travail était construit, projet qui aura également servi de tremplin au projet du centre permanent d’aiguillage.

Un mini-guichet unique en milieu de travail

Essentiellement, ce projet, nommé Perfectionnement en milieu de travail, visait à rencontrer les travailleurs directement sur les lieux de travail, et à leur offrir l’ensemble des services de formation aux adultes de la région, laissant même une porte ouverte à d’autres services. En offrant ainsi tous les services de formation sur un continuum, et surtout, en adaptant l’horaire des formations à celui des travailleurs, le projet ouvrait de nouvelles portes vers la formation, faisait tomber des barrières, et amenait vers les centres de formation, des apprenants, qui ne s’y seraient probablement pas rendus autrement.

Ce projet a connu un vif succès en un laps de temps relativement court, et il est vite devenu clair que de présenter l’ensemble de la formation aux adultes sur un continuum de services constituait une façon très efficace et pertinente d’aborder la question de la formation des adultes, surtout avec des personnes qui ont souvent connu un ou même plusieurs échecs académiques.

Un guichet unique pour l’ensemble de la communauté

La suite logique de ce projet était de faire profiter l’ensemble de la communauté du même genre de service. Pour ce faire, il s’agissait d’étendre les ententes existantes, en ajoutant au partenariat d’autres partenaires complémentaires. Entre autres, on ajouta les partenaires qui pouvaient référer les apprenants hors du marché du travail, soit ceux bénéficiaires du service d’aide sociale de la région (Ontario au travail de Prescott-Russell) et ceux bénéficiaires de l’assurance-emploi (le Développement des ressources humaines Canada, région Prescott-Russell).

La progression et le succès des ententes, il faut le souligner, ont été favorisés par des changements organisationnels importants à l’époque. Sur le plan local, des changements apportés à la gestion et à la livraison des services de deux organismes importants dans la région de Prescott-Russell : d’une part, les services d’assistance sociale de Prescott-Russell et d’autre part, l’éducation des adultes de niveau secondaire. C’est à ce moment-là qu’entrait en vigueur le programme Ontario au travail au Département des services sociaux des Comtés unis de Prescott-Russell. C’est à la même époque que le conseil scolaire catholique de langue française et les conseils scolaires publics desservant le territoire de Prescott et Russell ont décidé de fusionner leurs services d’éducation des adultes, plutôt que de continuer à se faire concurrence.

Ces deux éléments se sont ajoutés à la crédibilité déjà établie par le CAP lors du projet Perfectionnement en milieu de travail et de l’élaboration du protocole commun d’aiguillage. De plus, la grande marge de manoeuvre autant financière que décisionnelle accordée aux responsables du projet par le conseil d’administration du CAP a permis à celui-ci de profiter du momentum afin d’établir rapidement un nouveau service à partir de l’automne 1997. Le centre d’aiguillage s’est inséré en quelque sorte dans un ensemble de changements qui avaient lieu à cette époque. La nature même de son service répondant adéquatement à certaines facettes du nouveau programme Ontario au travail, il a été relativement facile de s’assurer une participation active de leur part à la mécanique de référence et d’aiguillage mise en place. De l’autre côté, la fusion des services d’éducation des adultes a permis de faciliter le travail d’aiguillage sur le terrain en diminuant théoriquement d’abord la concurrence ou tiraillement possible entre ces centres de formation offrant des programmes de même nature.

Mais il était évident qu’il s’agissait plus à ce moment d’une ébauche de service que d’un service aguerri. Il fallait trouver une façon d’amener le plus vite possible ce service à un degré d’efficacité et de professionnalisme à la hauteur des attentes. La meilleure façon d’accomplir cette tâche était par le biais d’un projet de développement communautaire, qui permettrait à la fois de livrer le service, de l’étudier et de l’améliorer au fur et à mesure. Comme il s’agissait d’un projet novateur, peu d’exemples s’offraient aux intervenants. Le seul véritable exemple, et peut-être le meilleur, c’était celui qu’ils avaient eux-mêmes contribué à créer. Il s’agissait de le parfaire.

C’est donc dans cette dynamique de développement et dans cette lignée que s’inscrit le projet actuel, le CAFA : Centre d’aiguillage pour la formation des adultes. Celui-ci joue le rôle de guichet d’entrée centralisée pour la formation des adultes sur l’ensemble du territoire de Prescott-Russell. Ce projet s’est développé de façon très intéressante au cours des dernières années.

Comments are closed.